• Le document que je rédige sur la filière canne (à sucre, pas la femme du canard) avance bien. Après mes connaissances en matériel de fonderie (acier, coke, pisé et bentonite) ce sont mes connaissances en moulins, installations polycuves et autres sucres invertis qui s’étayent.

13995554

  • J’ai eu l’occasion de lire un bouquin totalement édifiant écrit par un missionnaire dominicain (JB Labat) qui évangélisait les Antilles vers les années 1700. C’est super intéressant mais en lisant ça, on oscille entre l’horreur (l’esclavage etc) et l’émerveillement (ce gars décrit intelligemment tout un tas de trucs de sa vie quotidienne, notamment la vie des Indiens Caraïbes, les mulâtres, l’agriculture etc) et c’est parfois très drôle ! Par exemple, il dit qu’il faudrait que les femmes de chez nous apprennent à être aussi soumises à leurs maris que les femmes caraïbes (qui se font ouvrir le crâne en deux d’un coup de massue bien senti à la moindre incartade), à la suite de quoi il ajoute tristement : « mais cette entreprise serait autant vouée à l’échec que l’évangélisation des nègres et des indiens » ! Pourtant 300 ans plus tard, il y a des gens dont ça reste le métier…

  • Jean, le directeur des Ateliers, s’est pris une brouette de ciment sur la tête hier. C’était plutôt marrant et il a du se raser les cheveux.

  • Après l’acquisition d’une table vibrante (destinée à tasser les matériaux meubles) par les Ateliers, nous avons discuté avec Maxime de comment la rentabiliser un max. N’allez pas imaginer tout de suite des cochoncetés, c’est TRES vibrant. La meilleure idée est donc d’organiser le we des sortes de rodéos avec des paris sur qui restera le plus longtemps sans se faire jeter par terre par la table en furie. Moi j’ai pas très envie d’essayer.

  • Sam est bien arrivé et ne s’est pas encore blessé, pourvu que ça dure.

  • Ce we, il y avait aussi Julien et Pouchon, soirée mémorable qui s'est terminée avec Max sur la table tournante de chez lui (pour ceux qui la connaissent).

DSCN2583

  • Et puis cette après-midi, Manno est chez la manucure car je cite « mes ongles ne vont pas du tout, je ne ressemble plus à un jeune homme ». Peut-être était-il en train de se transformer en loup-garou mais moi, en tout cas j’avais rien remarqué. En fait, ça me fait trop marrer mais c’est un truc courant ici, les Haïtiens se font manucurer les mains et les pieds régulièrement.

Je ne m’y ferai jamais…

Je lui ai dit que chez nous aller chez la manucure, c’était vraiment un truc de star (voir de pouffe, mais ça j’ai pas dit, j’aurai du expliquer trop de trucs et je devais retourner bosser) et il m’a répondu : « Mais je suis une star ! ».

Dire que l'espace d'un instant, j'avais failli l'oublier...

DSCN2562

Comme vous voyez, tout le monde est en forme, j’espère que vous l’êtes aussi !

Bises et à plus,

Caroline.